Le Pont Mirabeau – Apollinaire / Leo Ferré

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

L’amour s’en va comme cette eau courante
L’amour s’en va
Comme la vie est lente
Et comme l’espérance est violente

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passait
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Avec le temps – Léo Ferré

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie le visage et l’on oublie la voix
Le c?ur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
L’autre qu’on adorait, qu’on cherchait sous la pluie
L’autre qu’on devinait au détour d’un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D’un serment maquillé qui s’en va faire sa nuit
Avec le temps tout s’évanouit

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
Même les plus chouettes souv’nirs ça t’as une de ces gueules
A la gal’rie j’farfouille dans les rayons d’la mort
Le samedi soir quand la tendresse s’en va toute seule

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
L’autre à qui l’on croyait pour un rhume, pour un rien
L’autre à qui l’on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l’on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l’on s’traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie les passions et l’on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
Et l’on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l’on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l’on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l’on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment… avec le temps… on n’aime plus

Paname – Léo Ferré

Paname
On t’a chanté sur tous les tons
Y a plein d’parol’s dans tes chansons
Qui parl’nt de qui de quoi d’quoi donc
Paname
Moi c’est tes yeux moi c’est ta peau
Que je veux baiser comme il faut
Comm’ sav’nt baiser les gigolos

Paname
Rang’ tes marlous rang’ tes bistrots
Rang’ tes pépées rang’ tes ballots
Rang’ tes poulets rang’ tes autos
Paname
Et viens m’aimer comme autrefois
La nuit surtout quand toi et moi
On marchait vers on n’savait quoi

Paname
Y a des noms d’rues que l’on oublie
C’est dans ces rues qu’après minuit
Tu m’faisais voir ton p’tit Paris
Paname
Quand tu chialais dans tes klaxons
Perdue là-bas parmi les homm’s
Tu v’nais vers moi comme un’ vraie môm’

Paname
Ce soir j’ai envie de danser
De danser avec tes pavés
Que l’monde regarde avec ses pieds
Paname
T’es bell’ tu sais sous tes lampions
Des fois quand tu pars en saison
Dans les bras d’un accordéon

Paname
Quand tu t’habill’s avec du bleu
Ça fais sortir les amoureux
Qui dis’nt “à Paris tous les deux”
Paname
Quand tu t’habill’s avec du gris
Les couturiers n’ont qu’un souci
C’est d’fout’ en gris tout’s les souris

Paname
Quand tu t’ennuies tu fais les quais
Tu fais la Seine et les noyés
Ça fait prend’ l’air et ça distrait
Paname
C’est fou c’que tu peux fair’ causer
Mais les gens sav’nt pas qui tu es
Ils viv’nt chez toi mais t’voient jamais

Paname
L’soleil a mis son pyjama
Toi tu t’allum’s et dans tes bas
Y a m’sieur Haussmann qui t’fait du plat
Paname
Monte avec moi combien veux-tu
Y a deux mille ans qu’t’es dans la rue
Des fois que j’te r’fasse un’ vertu

Paname
Si tu souriais j’aurais ton charme
Si tu pleurais j’aurais tes larmes
Si on t’frappait j’prendrais les armes
Paname
Tu n’es pas pour moi qu’un frisson
Qu’une idée qu’un’ fille à chansons
Et c’est pour ça que j’crie ton nom
Paname, Paname, Paname, Paname…