Calogero: un talento franco-siciliano

Calogero si esibirà in uno spettacolare concerto il 22 novembre 2014 a Bercy.

E’ verso la fine degli anni 80 che apparve il gruppo Les Charts: due fratelli (Charly alias Calogero e Jacky) e un amico (Francis) compongono il gruppo.
I tre, d’origine siciliana, crescono a Echirolles, vicino Grenobles.
Agli inizi degli anni 90, pubblicano il loro primo album, L’Océan sans Fond, che ottiene un discreto successo e nel 1991 Notre Monde à nous, il secondo album, che è stato due volte disco d’oro. Il pezzo Aime-moi encore si piazza in testa della classifica francese e il gruppo affronta la prima tournée in tutta la Francia.
Nel 1994 è la volta di Hannibal, la loro terza opera. Poi il doppio album dal vivo Act 1 pubblicato nel 1995 e il quinto Changer del 1997.
Il passaggio di millennio spinge Charly a lanciarsi verso una carriera da solista sotto il suo vero nome: Calogero.
Il suo primo album intitolato Au milieu des autres pubblicato nel 2000 presenta come prima traccia Prendre l’air.

Questa prima opera è realizzata da Pascal Obispo con i testi di Zazie, Christine Lidon, Alana Filippi, Julie d’Aimé, Lionel Florence, Michel Garamon e Didier Golemanas.
Per Calogero la musica è una vera e propria passione e comporre è un bisogno essenziale. Allora, in parallelo alla propria carriera, Calogero scrive per gli altri: Pascal Obispo, Florent Pagny, Châtelet les Halles, Patrick Fiori, “Tout le monde peut parler d’amour”, o ancora Hélène Segara .
Nel 2002 Calogero pubblica il suo secondo album che presenta testi di Lionel Florence, Patrice Guirao e Françoise Hardy; sette delle melodie dell’album vedono la collaborazione di suo fratello Gioacchino.
Durante il diciannovesimo festival Victoires de la Musique, Calogero riceve il premio come miglior interprete dell’anno e l’anno dopo con il pezzo Si seulement je pouvais lui manquer, riceve il premio per la canzone più originale.
Nel 2007, Calogero torna conl’album Pomme C, scritto interamente da Zazie, e nel 2009 ci propone l’album Embellie.

22 novembre 2014
Palais Omnisport de Bercy
8 boulevard de Bercy
75012 Paris
www.bercy.fr

Annunci

Châtelet les Halles – Florent Pagny et Calogero

Entre gris et graffitis
Où s`enferme le quotidien
Et des murs tellement petits
Qu`on entend tout des voisins
Avec pour seul vis-à-vis
Des montagnes de parfums
Où déambule l`ennui
Et se traînent des destins
le samedi après-midi
Prendre des souterrains
Aller voir où ça vit
De l`autre côté

Refrain:
Ligne 1
Châtelet les Halles
Station balnéaire
Mais où y a pas la mer
Comme de banlieue la plage
Voir un peu de bleu
Echouer sa galère
Marquer son passage
Suivre les tags
Quand y a plus de repères
Châtelet la fin du voyage

C`est pas ici Tahiti
Mais c`est toujours mieux que rien
Les baskets sur le parvis
Ne vont jamais très loin
On y piétine les débris
Et les abris clandestins
Eprouvant même du mépris
A ceux qui tendent la main
De Harlem à Paris
S`engouffrer dans un train
Puis un couloir qu`on suit
Ne pas aller plus loin

Refrain:
Ligne 1
Châtelet les Halles
Station balnéaire
Mais où y a pas la mer
Comme de banlieue la plage
Voir un peu de bleu
Echoucher sa galère
Marquer son passage
Suivre les tags
Quand y a plus de repères
Châtelet la fin du voyage

La fin du voyage
La fin du voyage
La fin du voyage

Là où je t’emmènerai – Florent Pagny

C’est au bout du regard
Là ou les bateaux quittent la mer
Là, où l’horizon est tellement plus clair
Sous la belle étoile celle qui te dit que la vie ici
ne sera jamais rien que ton amie

C’est au fond de tes yeux
là, où le monde effleure tes rêves
Là, où le bonheur n’est plus un mystère

C’est là que je t’emmènerai sur la route
et si le soleil le savait
mais j’en doute, il viendrait
Là, où je t’emmènerai
Aucun doute, il s’inviterait
pour nous éclairer

Nous longerons la mer
nos vie couleront sans un hiver
comme un matin d’été, un courant d’air
Et tout au long de ta vie
que s’écarte les nuages
je serais là à chaque fois que tu auras besoin de moi
Regarde là-bas

C’est là que je t’emmènerai sur la route
et si le soleil le savait
mais j’en doute, il viendrait
Là, où je t’emmènerai
Aucun doute, il s’inviterait
pour nous réchauffer
pour nous accompagner

Là où je t’emmènerai
Aucune peur, ni aucun doute
Le monde est toujours en été
Pas de douleur et pas de déroute
C’est là que je t’emmènerai
Sur ma route
pour te réchauffer et te protéger
Sans t’étouffer
Je t’emmènerai