Ma gonzesse – Renaud

Malgré le blouson clouté,
Sur mes épaules de v’lours.
J’aim’rais bien parfois chanter,
Autre chose que la zone.
Un genre de chanson d’amour
Pour ma p’tite amazone.
Pour celle qui tous les jours
Partage mon cassoulet.

Ma gonzesse, celle que j’suis avec.
Ma princesse, celle que j’suis son mec.
Oh oh oh

Faut dire qu’elle mérite bien,
Qu’j’y consacre une chanson.
Vu que j’suis amoureux d’elle,
Un peu comme dans les films,
Ou y a tous pleins de violons
Quand le héros y meure.
Dans les bras d’une infirmière,
Qu’est très belle et qui pleure.

Et pis elle est balancée ,
Un peu comme un Mayol,
Tu sais bien les statues,
Du jardin des Tuileries.
Qui hiver comme été
Exhibent leur guibolles,
Et se gèlent le cul
Et le reste aussi.

Ma gonzesse, celle que j’suis avec.
Ma princesse, celle que j’suis son mec.
Oh oh oh

Pis faut dire qu’elle a les yeux,
Tell’ment qui sont beaux,
On dirait bien qu’ils sont bleus,
On dirait des calots.
Parfois quand elle me regarde,
J’imagine des tas de choses,
Que je réalise plus tard
Quand on se retrouve tout seul.

Si tu dis qu’elle est moche,
Tu y manques de respect,
Je t’allonge une avoine
Ce sera pas du cinoche.
Mais si tu dis qu’elle est belle,
Comme je suis très jaloux,
Je t’éclate la cervelle
Faut rien dire du tout.

De ma gonzesse, celle que j’suis avec.
Ma princesse, celle que j’suis son mec.
Oh oh oh

J’aimerais bien un c’est jour,
Y collé un marmot,
Ouais un vrai qui chiale et tout
Et qu’a tout le temps les crocs.
Elle aussi elle aimerais ça,
Mais c’est pas possible,
Son mari y veut pas
Y dis qu’on est trop jeune.

Ma gonzesse, celle que j’suis avec.
Ma princesse, celle que j’suis son mec.
Ma gonzesse, celle que j’suis avec.
Ma princesse, celle que j’suis son mec.
Celle que j’suis avec, ma princesse.

Annunci

Dès que le vent soufflera – Renaud

C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prend l’homme, Tatatin
Moi la mer elle m’a pris
Je m’ souviens un Mardi
J’ai troqué mes santiags
Et mon cuir un peu zone
Contre une paire de docksides
Et un vieux ciré jaune
J’ai déserté les crasses
Qui m’ disaient “Sois prudent”
La mer c’est dégueulasse
Les poissons baisent dedans

(Refrain)
Dès que le vent soufflera
Je repartira
Dès que les vents tourneront
Nous nous en allerons

C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prend l’homme
Moi la mer elle m’a pris
Au dépourvu tans pis
J’ai eu si mal au coeur
Sur la mer en furie
Qu’ j’ai vomi mon quatre heures
Et mon minuit aussi
J’ me suis cogné partout
J’ai dormi dans des draps mouillés
Ça m’a coûté ses sous
C’est d’ la plaisance, c’est le pied

(Refrain)

Ho ho ho ho ho hissez haut ho ho ho

C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prend l’homme
Mais elle prend pas la femme
Qui préfère la campagne
La mienne m’attend au port
Au bout de la jetée
L’horizon est bien mort
Dans ses yeux délavés
Assise sur une bitte
D’amarrage, elle pleure
Son homme qui la quitte
La mer c’est son malheur

(Refrain)

C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prends l’homme
Moi la mer elle m’a pris
Comme on prend un taxi
Je ferai le tour du monde
Pour voir à chaque étape
Si tous les gars du monde
Veulent bien m’ lâcher la grappe
J’irais aux quatre vents
Foutre un peu le boxon
Jamais les océans
N’oublieront mon prénom

(Refrain)

Ho ho ho ho ho hissez haut ho ho ho

C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prends l’homme
Moi la mer elle m’a pris
Et mon bateau aussi
Il est fier mon navire
Il est est beau mon bateau
C’est un fameux trois mats
Fin comme un oiseau (Hissez haut)
Tabarly, Pageot
Kersauson ou Riguidel
Naviguent pas sur des cageots
Ni sur des poubelles

(Refrain)

C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prends l’homme
Moi la mer elle m’a pris
Je m’ souviens un Vendredi
Ne pleure plus ma mère
Ton fils est matelot
Ne pleure plus mon père
Je vis au fil de l’eau
Regardez votre enfant
Il est parti marin
Je sais c’est pas marrant
Mais c’était mon destin

(Refrain 3x)

Dès que le vent soufflera
Nous repartira
Dès que les vents tourneront
Je me n’en allerons

Laisse Béton – Renaud

J’étais tranquille j’étais peinard
Accoudé au flipper
Le type est entré dans le bar
A commandé un jambon beurre
Et y s’est approché de moi
Et y m’a regardé comme ça :

« T’as des bottes
Mon pote
Elles me bottent
J’parie qu’c’est des santiags
Viens faire un tour dans l’terrain vague
J’vais t’apprendre un jeu rigolo
A grands coups de chaines de vélo
J’te fais tes bottes à la baston »

Moi j’lui dis : « laisse béton »

Y m’a filé une beigne
J’lui ai filé une torgnolle
Y m’a filé une châtaigne
J’lui ai filé mes groles

J’étais tranquille j’étais pénard
Accoudé au comptoir
Le type est entré dans le bar
A commandé un café noir
Pis y m’a tapé sur l’épaule
Puis y m’a r’gardé d’un air drôle :

« T’as un blouson
Mecton
L’est pas bidon
Moi j’me les gèle sur mon scooter
Avec ça j’s’rai un vrai rocker
Viens faire un tour dans la ruelle
J’te montrerai mon Opinel
J’te chourav’rai ton blouson »

Moi j’lui dis : « Laisse béton »

Y m’a filé une beigne
J’lui ai filé un marron
Y m’a filé une châtaigne
J’ui ai filé mon blouson

J’étais tranquille j’étais pénard
Je réparais ma mobylette
Le type a surgi sur l’boul’vard
Sur sa grosse moto super chouette
S’est arrêté l’long du trottoir
Et m’a regardé d’un air bête :

« T’as l’même blue jean
Que James Dean
T’arrêtes ta frime
J’parie qu’c’est un vrai Lévis Strauss
Il est carrément pas craignos
Viens faire un tour derrière l’église
Histoire que je te dévalise
A grands coups de ceinturon »

Moi j’lui dis : »Laisse béton »

Y m’a filé une beigne
J’lui ai filé une mandale
Y m’a filé une châteigne
J’lui ai filé mon futal

La morale de cette pauvre histoire
C’est qu’quand t’es tranquille et peinard
Faut pas trop traîner dans les bars
A moins d’être fringuer en costard
Quand à la fin d’une chanson
Tu t’retrouve à poil sans tes bottes
Faut avoir d’l’imagination
Pour trouver une chute rigolote.

L’Impasse Florimont: ricordo di Georges Brassens

L’Impasse Florimont

L’Impasse Florimont, situata nel XIV arrondissement di Parigi nel quartiere di Plaisance, deve la sua fama al grande chansonnier francese Georges Brassens che vi trascorse una parte della sua vita come ricordato da numerose attestazioni e simboli.
Durante l’occupazione tedesca Brassens fu costretto ad affrontare un periodo di lavoro obbligatorio nel campo di Basdorf in Germania.
Nel 1944, dopo aver ottenuto un permesso per uscire dal campo, Brassens ne scappó e trovó un rifugio presso la casa al numero 9 del vicolo Florimont che all’epoca era abitata da Jeanne e Marcel.
Dopo la guerra, il successo travolse Brassens .
Una targa all’entrata della casa ci ricorda la permanenza in questo luogo di Tonton Georges:

“Georges Brassens
habita cette impasse
de 1944 a 1966
il y ecrivit
ses premieres chansons”

Il 22 settembre 1994, su iniziativa dell’associazione Les amis de Georges, un basso-rilievo in bronzo realizzato dal cantante Renaud è stato affisso di fronte alla casetta al numero 9 insieme a queste parole:  

Georges Brassens
Poète, musicien et chanteur
vécut dans cette maison
de 1944 à 1966
“et que j’emporte entre les dents
un flocon des neiges d’antan…”

Il primo ottobre 2005, tre gatti in terracotta realizzati da Michel Mathieu sono stati posti sopra l’ingresso della casa per ricordare i numerosi felini che popolarono la casa di Jeanne, l’accogliente padrona di casa.

Impasse Florimont
75014 Paris
Metro: Plaisance (linea 13)

Chanson pour Pierrot – Renaud

T’es pas né dans la rue
T’es pas né dans l’ ruisseau
T’es pas un enfant perdu
Pas un enfant d’ salaud,
Vu qu’ t’es né dans ma tête
Et qu’ tu vis dans ma peau
J’ai construit ta planète
Au fond de mon cerveau.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’ tiens chaud.
Pierrot.

Depuis l’ temps que j’ te rêve,
Depuis l’ temps que j’ t’invente,
De pas te voir j’en crève
Et j’ te sens dans mon ventre.
Le jour où tu ramène,
J’arrête de boire : promis,
Au moins toute une semaine,
Ce s’ra dur, mais tant pis.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’ tiens chaud.
Pierrot.

Qu’ tu sois fils de princesse,
Ou qu’ tu sois fils de rien,
Tu s’ras fils de tendresse,
Tu s’ras pas pas orphelin.
Mais j’ connais pas ta mère :
Je la cherche en vain.
Je connais qu’ la misère
D’être tout seul sur le ch’min.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’ tiens chaud.
Pierrot.

Dans un coin de ma tête
Y’a déjà ton trousseau :
Un jean, une mobylette
Une paire de Santiago.
T’iras pas à l’école,
J’ t’apprendrai les gros mots.
On jouera au football,
On ira au bistrot.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’ tiens chaud.
Pierrot.

Tu t’ lav’ras pas les pognes
Avant d’ venir à table.
Et tu m’ trait’ras d’ivrogne
Quand j’ piquerai ton cartable.
J’ t’apprendrai des chansons
Tu les trouveras débiles.
T’auras p’t’ être bien raison
Mais j’ s’rai vexé quand même.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’ tiens chaud.
Pierrot.

Allez viens mon Pierrot,
Tu s’ras l’ chef de ma bande.
J’ te r’filerai mon couteau,
J’ t’apprendrai la truande.
Allez viens mon copain,
J’ t’ai trouvé une maman :
Tous les trois ça s’ra bien
Allez viens, je t’attends.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’ tiens chaud.
Pierrot.

Le Mistral gagnant – Renaud

Ah… m’asseoir sur un banc
Cinq minutes avec toi
Et regarder les gens
Tant qu’il y en a

Te parler du bon temps
Qu’est mort ou qui r’viendra
En serrant dans ma main
Tes p’tits doigts

Pis donner à bouffer
A des pigeons idiots
Leur filer des coups d’pied
Pour de faux

Et entendre ton rire
Qui lézarde les murs
Qui sait surtout guérir
Mes blessures

Te raconter un peu
Comment j’étais, mino
Les bombecs fabuleux
Qu’on piquait chez l’marchand
Car-en-sac et Mintho
Caramels à un franc
Et les Mistral gagnants

Ah… marcher sous la pluie
Cinq minutes avec toi
Et regarder la vie
Tant qu’y en a

Te raconter la Terre
En te bouffant des yeux
Et parler de ta mère
Un p’tit peu

Et sauter dans les flaques
Pour la faire râler
Bousiller nos godasses
Et s’marrer

Et entendre ton rire
Comme on entend la mer
S’arrêter, r’partir
En arrière

Te raconter surtout
Les carambars d’antan
Et les coco-boërs
Et les vrais roudoudous
Qui nous coupaient les lèvres
Et nous niquaient les dents
Et les Mistral gagnants

Ah… m’asseoir sur un banc
Cinq minutes avec toi
Et regarder le soleil
Qui s’en va

Te parler du bon temps
Qu’est mort et je m’en fou
Te dire que les méchants
C’est pas nous

Que si moi je suis barge
Ce n’est que de tes yeux
Car ils ont l’avantage
D’être deux

Et entendre ton rire
S’envoler aussi haut
Que s’envolent les cris
Des oiseaux

Te raconter enfin
Qu’il faut aimer la vie
Et l’aimer même si
Le temps est assassin
Et emporte avec lui
Les rires des enfants
Et les Mistral gagnants

Et les Mistral gagnants

Ballando alla Mouffetard

Ballando alla Mouffetard

Ogni domenica dalle 11h alle 14h, ai piedi della rue Mouffetard, di fronte alla chiesa Saint Médard, ha luogo uno spettacolo unico che incarna lo spirito parigino: il ballo della Mouffetard.
Dal 1975, il collettivo Paris Mouffetard Musette anima la piazza di uno dei quartieri più vivaci e frizzanti del V arrondissement cantando le canzoni della Parigi d’un tempo al suono dell’armonica.
Da soli o in compagnia, con il sole o con la pioggia, recatevi di fronte alla chiesa Saint Médard, a due passi dal coloratissimo mercato alimentare, e partecipate a uno spettacolo tradizionale che difficilmente dimenticherete.
Un’allegra banda di musicisti e cantanti trasforma la piazza in una cartolina d’epoca; le parole delle canzoni vengono distribuite agli spettatori che possono partecipare al canto corale dei grandi classici della canzone francese: Edith Piaf, Charles Aznavour, Jacques Brel, Dalida, Renaud, Leo Ferré, Georges Brassens, Boris Vian e tanti altri.

A rendere più magica l’atmosfera, numerosi ballerini si esibiscono in figure e pose plastiche.
Poveri, ricchi, anziani, giovani e passanti d’ogni sorta sono attirati da questo vortice di emozioni e musica: si canta e si balla come per il 14 luglio grazie alla musica di Chrisitan Bassoul che con la sua armonica riempie la rue Mouffetard di vitalità e gioia.
La rue Mouffetard è una delle vie di Parigi maggiormente frequentata dai turisti di tutte le nazionalità ma la domenica mattina, ai piedi del mercato, sono i veri parigini che si ritrovano per condividere insieme un momento di puro piacere all’aria aperta.