Prendre racine – Calogero

C’est pas très loin de la ville
C’est pas plus grand qu’un coeur tranquille
C’est nos racines

Elles sont toujours restées loin
Là où on peut voir la mer sans fin
Et l’avenir
Et l’avenir

Vouloir toujours cacher aux autres ses failles
Avoir l’envie que quelqu’un d’autre s’en aille
Avoir peur de revenir
Avoir peur de devenir

On peut s’aimer, se désaimer,
On ne ressemble qu’à ce qu’on fait
On peut rêver, se réveiller,
On est semblable à ce qu’on est

Où que tu sois avec moi
Et où qu’on aille on sera trois
Le manque et nous

Tous les soleils des mois d’août
Le manque de ce qui fait ce qu’on est
L’absence de tout
L’absence de nous

Vouloir toujours cacher aux autres ses failles
Avoir l’envie que quelqu’un d’autre s’en aille
Avoir peur de revenir
Avoir peur de devenir

On peut s’aimer, se désaimer
On ne ressemble qu’à ce qu’on fait
On peut rêver, se réveiller
On est semblable à ce qu’on est

On peut s’aimer, se désaimer
On ne ressemble qu’à ce qu’on fait

On a beau prendre des trains
Ce s’ra toujours pour pouvoir enfin
Toucher les cimes
Prendre racine

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: